StefD, le personnage

Bonsoir Stéphane ! Merci de m’accorder de ton temps libre pour cette interview, en espérant ne pas rompre l’inspiration musicale que tu retranscris dans une nouvelle composition !

Salut Flo ! Non tu ne me déranges pas. Au contraire, c’est un honneur de faire ma première interview avec toi !

Nos lecteurs, en grande majorité, ne te connaissent probablement pas encore, quant aux autres, ils (elles?) espèrent peut-être connaitre l’homme derrière le pseudo et la musique. Commençons par le commencement. Peux-tu t’introduire en tant que personne ?

Derrière mon pseudo (prononcez “stèf dé”), on peut deviner mon prénom: Stéphane. Je suis un toulousain de 21 ans qui compose depuis environ 6 ans en autodidacte.

Quelles sont tes principales passions, en dehors de la composition ?

La musique en général et l’informatique ! Souvent, les deux sont liés car je conçois mes compositions sur l’ordinateur. Sur PC, je m’intéresse aussi à la programmation de jeux et applications, à la création de sites web, à l’infographie… En général j’aime tout ce qui fait appel à la créativité.

Sur le thème de la musique, en dehors de la composition, je joue du piano depuis 3 ans. Au début, j’avais essayé la guitare mais je n’ai pas accroché. J’ai préféré le piano car il est plus adapté à la composition, et on peut jouer des musiques plus riches (là où la guitare se limite souvent à la mélodie et quelques accompagnements). Récemment, je me suis mis à la flûte traversière, c’est un instrument qui a un son magnifique !

Tu aspires à être compositeur de jeux vidéo et de films. Nous en parlerons dans la deuxième partie. Pour le moment, tu es aux études. Vers quels métiers t’oriente-tu ? A l’heure actuelle, hormis la composition, as-tu d’autres projets en tête ?

Actuellement, je fais des études en informatique. La musique m’aurait bien plu, mais il est difficile d’en faire son métier ! En parallèle de mes études, je compte poursuivre la composition en tant qu’amateur, mais évidemment, je sauterai sur l’occasion si un professionnel me propose une collaboration.

Nous allons maintenant toucher à ta corde sensible, à savoir la composition musicale vidéoludique et cinématographique ainsi que tes influences artistiques.     

Ses influences musicales

Il y a de cela plusieurs années, je te croisais sur Dev4all, un site d’auteurs de jeux associés à la “click communauté” et de musiques “amateur”, alors que tu débutais à peine dans la composition. Tu étais dans ta période “musiques de combat” dans les jeux. Quelle est la vibration qui a alimenté ton inspiration et ta motivation à composer ? L’avènement de la click communauté, composée de développeurs de petits jeux amateurs et professionnels y-aurait-elle contribué ?

Les deux ne sont pas liés directement. J’aimais bien les jeux vidéo lorsqu’un jour, ma mère m’achète un magazine informatique vendu avec le CD du logiciel Klik & Play, un logiciel qui permet de créer des jeux vidéo sans écrire de code. C’est à partir de ce moment-là que je me suis mis à la création de jeux ! J’avais 12-13 ans, donc mes petits jeux restaient très basiques, mais en tout cas je m’amusais bien !

Plus tard, un ami me fait découvrir le jeu Final Fantasy VII, sur Playstation. Lui étant fan de ce jeu, il m’a donné envie d’y jouer… C’est ainsi que je découvris au fur et à mesure la magnifique bande son, 85 morceaux composés par Nobuo Uematsu. Ce sont les premières musiques à m’avoir autant touché ! (Avant je ne m’intéressais pas vraiment à la musique…)

C’est à partir de ce moment-là que je me suis mis à composer, sans aucune notion de solfège ou de théorie de la composition. Ma motivation pour continuer, c’est Nobuo Uematsu qui me l’a donnée. Ce fut une très bonne chose je pense, ça m’a vraiment tiré vers le haut. C’est pas comme si je prenais pour repère les chansons qui passent à la radio ; j’aurais vite plafonné à des compos de 4 accords et une mélodie en boucle ! Les musiques de Nobuo sont très variées, elles s’inspirent de styles divers tels que la musique classique, la pop, le jazz, le folk… C’est une chance d’avoir découvert la musique par cette bande son, cela m’a habitué à une grande palette de styles musicaux. Après avoir écouté les œuvres de Uematsu sur les autres opus de Final Fantasy, ce qui représente plus de 400 morceaux, je me suis intéressé à d’autres bandes son, au jazz et surtout à la musique classique, qui, tout compte fait, sont des styles proches de ce qui se fait dans le domaine du jeu vidéo.

A mes débuts, j’ai publié mes premières compositions sur Dev4all, le site de créations de jeux amateurs, et j’ai eu quelques commentaires. Les morceaux étaient ridicules, mais les critiques m’ont fait progresser. Donc oui, cette click-communauté m’a aidé. Peut-être pas pour l’inspiration, mais pour la motivation en tout cas !

Nobuo Uematsu, compositeur attitré des plus grands opus Final Fantasy, est pour toi une grande source d’inspiration, si pas un modèle. Quelles symphonies t’ont le plus marqué ? Peux-tu nous dire pourquoi ?

Héhé, dur à dire ! Ce que j’apprécie énormément chez ce compositeur, c’est sa virtuosité. Les accords s’enchainent sans se répéter, les rythmes changent en permanence, l’orchestration est recherchée… Et surtout, il y a une vraie évolution dans ses morceaux. Pas de stagnation sur un même motif mélodique ou autre, on ne s’ennuie pas en écoutant du Uematsu !

Il est aussi très polyvalent, il varie les styles en utilisant tous les instruments imaginables. C’est autrement plus agréable et original que s’il utilisait toujours la même instrumentation.

Comme titres que j’aime beaucoup, difficile de choisir, il y en a beaucoup ! Citons Aeris’ Theme; une musique émouvante d’un moment clé du scénario de Final Fantasy VIIOne Winged Angel; le morceau mythique joué lors du combat final, To Zanarkand; le solo de piano de FF XFrontier Village Dali de FF IX, le magnifique opéra de FF VI… La liste est longue, je pourrais vous en citer encore des tonnes !

As-tu d’autres influences, tous artistes et mélodies confondus et pour quelles raisons ?

Oui, il y a d’autres artistes qui m’influencent:

  • Et plein d’autres, pas forcément en rapport avec la musique de jeu vidéo ;)
        

Ses compositions

Que représente la musique, à tes yeux, dans le jeu vidéo ? Et dans les films ?

C’est un moyen d’immerger le joueur/spectateur dans l’univers du jeu ou du film. Cela aide aussi à la compréhension du scénario, des évènements et des sentiments des personnages. Selon l’ambiance sonore, une scène peut être interprétée de façon différente !

Bien que tu sois parti des musiques entendues dans les scènes de combat de RPG, tu as étendu tes compositions vers des scènes plus variées (villages, aventure, fantaisie, exotisme, romantisme, horreur, …). Tu as même élargi ton registre au service des musiques de films ou d’un style totalement libre, pour le fun ou par curiosité. Quel est ton style de composition actuel préféré ?

Actuellement je compose beaucoup de musiques “libres”. Composer de la musique, pour l’amour de la musique, tout simplement, sans contrainte, juste pour le plaisir.

Ce n’est pas pour autant que je la laisse la musique de jeux ou de films, c’est aussi très intéressant car c’est le challenge de devoir s’adapter à chaque fois à une nouvelle ambiance pour la retranscrire au mieux en musique.

Enfin, quel que soit le style, j’essaye d’apporter une touche d’originalité, de ne pas faire une musique banale qui serait une goutte d’eau dans l’océan…

Ma façon de procéder quand je suis sur un jeu, c’est de m’imprégner de l’ambiance qu’il faut. Pour ce faire, une description de la scène ou des images du jeu sont un très bon moyen.

L’inspiration ne prévient pas. Elle te vient parfois en dormant, peut-être au beau milieu d’une journée au moment où il ne faut pas, ou pendant la composition comme elle peut parfois ne pas venir du tout. Celle-ci est nourrie par l’expérience, les influences musicales, la suite logique dans les accords et la finalité de la mélodie. Comment t’y prends-tu ? Au feeling (suivant l’inspiration), en progressant méticuleusement (de façon académique) ou un peu tout à la fois ?

Quand je commence une composition, je ne connais jamais la fin à l’avance. A partir du thème ou d’une émotion, je trouve une courte mélodie, une suite d’accords, ou un rythme particulier… C’est cette base qui va me permettre de démarrer le morceau. Le plus dur est de faire les premières mesures, la suite vient plus facilement. J’aime composer de cette façon. Si on pouvait tout prévoir, ça serait moins amusant !

J’ai parfois des blocages, par exemple quand je tombe dans une boucle d’accords dont j’ai du mal à sortir. Dans ce cas, il me faudra m’y reprendre à plusieurs fois pour trouver la transition idéale. Il m’est arrivé de laisser des compositions inachevées, que j’ai terminées plusieurs mois après. Et je ne compte pas les ébauches, des débuts de morceaux, parfois quelques secondes seulement…

Tu as déjà composé des morceaux pour de petits jeux vidéo gratuits. Selon l’auteur ou l’équipe responsable du jeu, cela impose parfois des restrictions, tant sur le style que sur la durée ou le choix des instruments. Dans ce cas, comment procède-tu pour parvenir à tes fins ?

J’essaie de trouver un compromis avec les créateurs du jeu. Il est parfois difficile de se mettre d’accord sur les choix musicaux. Il m’arrive de remettre en question leurs choix, ce qui est normal ! Un musicien est plus à-même à faire les choix relatifs à son domaine, au même titre qu’un graphiste fera un ensemble graphique plus cohérent qu’un musicien… Des fois, il faut vraiment des talents de négociateur !

D’un autre côté, certains développeurs sont très ouverts à la création artistique dans le jeu vidéo, ils adoptent volontiers les idées que chacun apporte, comme cela a été le cas lorsque j’ai fais la bande son de Sub-Zero Conditions 2.

Tu as pu mettre ton talent à l’oeuvre dans de petites productions. Tu as réalisé la bande musicale complète destinée au survival horror Sub-Zero Conditions 2, composée de 12 musiques et plongée dans une atmosphère sinistre (excepté “New Horizons” composée pour la phase de mini-jeux). Dans un tout autre genre, tu as proposé ta candidature à Little Jurassic People, un MMOG préhistorique en développement avec une musique exotique et enfantine, à la même image que le jeu. Tu as même participé à des challenges (composition illustrant une histoire, en 24h, …). Quelles expériences en tire-tu et de quelles compositions es-tu le plus fier dans tous tes projets ?

C’est très enrichissant car chaque projet demande de s’y prendre différemment.

Pour SZC 2 (télécharger le jeu de 33mo), il fallait se baser uniquement sur les descriptions textuelles que m’a fourni l’auteur du jeu. Je n’avais pas d’images sur lesquelles m’appuyer. L’interprétation du thème était assez libre, et l’auteur a tout de suite accepté les compositions que j’ai faites (télécharger l’OST de 37mo).

Bande annonce du jeu avec sa musique dédiée


Pour Little Jurassic People, il y avait les images pour s’imprégner de l’ambiance du jeu. Mais ce fut compliqué car l’équipe n’était jamais d’accord sur mon interprétation du thème et les choix qui en découlaient (instruments, rythme, tout).

Tribu des montagnes (composition candidate du jeu) : 

Au final, mes deux compositions se sont étalées sur deux mois, et leur choix de musique pour la bande-annonce du jeu m’a vraiment déçu (une musique peu rythmée qui tourne en fond sans suivre les images). Peut-être est-ce dû à une direction artistique mal gérée…

Pour ce qui est des concours de composition, l’intérêt est que l’accent est mis sur la rapidité: on a 24h ou 4h, selon le concours, pour composer une musique en rapport avec le thème annoncé. Une fois le temps imparti écoulé, les compos sont publiées anonymement sur le site, et ensuite, chacun peut commenter et noter les musiques des autres. A la fin, un classement est établi. C’est très fun et il y a une bonne ambiance ! Et c’est aussi un bon moyen de progresser, car il représente bien le travail d’un compositeur professionnel: composer sur demande, dans un laps de temps réduit.

La naissance du monde (composition d’un concours 24h) : 

Ce site s’appelle Noctaventures, vous pouvez aller jeter un coup d’oeil au forum.

De toutes tes compositions publiées, desquelles en es-tu le plus fier ? Lesquels proposerais-tu tout particulièrement à tes auditeurs pour démontrer ton talent ?

Si je devais faire une sélection, je vous conseillerais d’écouter les dernières musiques que j’ai composé librement, en dehors de tout projet: Sentiment de fatalité, The double-sided ou encore Nouvelles rencontres.

The double-sided ! : 
Nouvelles rencontres : 
Sentiment de fatalité : 

Si vous voulez vous détendre, écoutez Tribu des montagnes (à écouter en réponse à la question précédente) ou Peaceful village pour leur ambiance relaxante.

Peaceful village : 

Vous pouvez écouter une sélection de ses compositions sur son site web stefd-music.

D’autres petits projets, comme la bande sonore d’un court-métrage, se concrétiseront, tandis qu’un jour, tu espères t’adonner à des productions professionnelles de plus grande envergure. Quelles en sont tes attentes ?

Si j’ai l’occasion de composer pour le cinéma ou un jeu professionnel, je saisis l’opportunité. Enfin tout dépend de la production, bien sûr, j’ai un minimum d’exigences sur le sérieux du projet ! (trop de mauvaises surprises…)     

Son matériel

Au risque de dévoiler quelques secrets de fabrication, quels logiciels maitrise-tu principalement aujourd’hui pour la composition ? Comment y transpose-tu ta musique ?

Pour composer, je me sers principalement de OpenMPT. C’est un logiciel libre et gratuit, il permet un gros travail sur le son, ce que la plupart des autres logiciels de composition ne permettent pas. Il fait donc à la fois séquenceur (c’est-à-dire éditeur de partitions) et sampleur (travail très pointu sur les sons d’instruments).

Donc en pratique, mon travail ne se limite pas à la composition: je travaille aussi l’interprétation (nuancer les notes) et je fais un peu l’ingénieur du son (travail des sonorités, de la réverbération…).

Je me sers parfois de mon piano, mais le plus souvent, je rentre les notes sur le séquenceur avec mon clavier de PC. C’est bien pratique, car les rangées de touches allant de A à $, de Q à * et de W à ! correspondent aux 12 notes d’un octave. Cela ne me désoriente pas, car ma manière de composer se base uniquement sur le son, et non sur la note de musique. J’ai d’abord le son en tête et ensuite, je recherche la note correspondante.

   

Le choix des instruments est très important pour l’immersion d’une musique, selon le thème, l’émotion et le timbre que l’on souhaite lui attribuer. Les tiens sont généralement d’excellente qualité. Parfois, ils ont aussi un côté rétro de la SNES. D’où proviennent ils ?

Il y a des instruments gratuits que l’on peut trouver sur internet, et des instruments provenant de banques de sons payantes. Il m’arrive aussi d’enregistrer les sons de mon piano numérique, un Kurzweil PC-88, ou de faire des enregistrements d’instruments acoustiques que je possède.

Dans certaines situations, j’aime bien utiliser des sons synthétiques qui sonnent très old-school. Tout dépend du morceau. Je n’aime pas me limiter qu’à certains instruments parce que c’est “ce qui se fait habituellement”. Si une sonorité me plait et me semble adaptée, alors je l’utilise, qu’elle soit acoustique ou synthétique.

Conseille-tu ces outils aux jeunes espoirs qui se lancent dans l’aventure ? A travers ton expérience et ta maitrise confirmée, as-tu des conseils à partager ?

S’il s’agit de OpenMPT, je ne peux que le conseiller, mais uniquement à ceux qui aiment contrôler totalement le rendu sonore de leur musique. C’est un logiciel très puissant mais pas évident au premier abord, et son interface est bien rustique. Les instruments par défaut ne sont pas terribles (les mêmes sons MIDI utilisés par Guitar Pro), il faudra faire quelques recherches pour se constituer une banque de sons correcte.

Pour quelqu’un ayant déjà fait de la musique, OpenMPT affiche la partition de façon très déroutante: elle se lit verticalement ! C’est très pratique pour plein de raisons, notamment la quantité d’informations que l’on peut afficher en même temps. Par exemple, sur un seul écran, je peux afficher 4 mesures pour 10 instruments à la fois, avec, pour chaque note, son volume et les effets appliqués dessus.     

Pour conclure

Si des développeurs, des réalisateurs ou d’autres acteurs du monde vidéoludique et cinématographique amateur ou professionnel venaient à lire cette interview, quel message souhaiterais-tu leur transmettre ?

Que je suis intéressé s’ils ont besoin d’un compositeur !

Et à tous les autres ? ;-)

Je leur souhaite une bonne réussite dans tous leurs projets, qu’il s’agisse ou non de musique ;)

Merci encore d’avoir pris la peine de répondre à cette interview et d’avoir partagé de nombreuses ressources. Quoiqu’il en advienne, tu m’as déjà conquis en tant que joueur amateur de musiques de jeux avec des mélodies émouvantes, douces ou énergiques. J’espère que mon interview t’apportera, si pas de nouveaux projets, davantage de reconnaissance à la hauteur de ton mérite. En tout cas, je te recommande au sein des équipes de développement et de réalisation dans ton domaine ! Au plaisir d’écouter tes nouvelles compos et de réécouter les autres !

Merci Floxit, d’avoir pris le temps de rédiger ces questions, et d’avoir attendu mes réponses quelque peu tardives… Je n’hésiterai pas à t’envoyer mes nouvelles compositions, j’aime faire partager ma musique. J’ai beaucoup de plaisir à composer ne serait-ce que pour moi-même, mais de savoir que ces émotions sont entendues par d’autres personnes, c’est extrêmement gratifiant. Et si elles peuvent les toucher, c’est que mon but est atteint !     

Sélection de compositions

Les compositions de StefD citées dans l’interview et quelques uns de mes coups de cœur en bonus sont regroupés dans cette section :

  • Sub-Zero Conditions 2 : Trailer Music (OST - bande annonce du jeu) :
    Vous pouvez également télécharger le jeu (en anglais) et l’OST complète de 12 compos.
  • Tribu des montagnes (ambiance - candidate du jeu Little Jurassic People) :
  • La naissance du monde (symphonique - composition d’un concours 24h) : 
  • The double-sided ! (symphonique) :
  • Nouvelles rencontres (symphonique) :
  • Sentiment de fatalité (symphonique) :
  • Peaceful Village (acoustique - ambiance) :

Pour ma part, voici quelques coups de coeur :

  • Beyond the Sky pour sa mélodie, son émotivité et sa force en crescendo :
  • Neverending Struggle (musique de combat) pour son orchestration rythmée :

Important : ces compositions sont distribuées sous une licence Creative Commons : vous êtes libre de reproduire, distribuer et communiquer ses créations au public dans un but non-commercial à condition de respecter les droits de paternité (mentionner StefD comme étant l’auteur) et de ne pas modifier les oeuvres.

Ecouter d’autres compositions ?     

Son site

Il ne me reste plus qu’à vous inviter à parcourir et à écouter ses compositions sur son site : stefd-music. Vous y retrouverez une sélection de ses meilleures compositions ainsi que ses services.