Bilan du blog en 2010

Léger : c’est une bonne synthèse en terme d’articles de cette année. En effet, contrairement à ce que j’avais prévu l’année passée, seules une interview et une critique trônent fébrilement, mais avec fierté !

Je suis fier et heureux d’avoir consacré ma première interview publiée à StefD, un compositeur prometteur fortement inspiré par l’univers vidéoludique mais qui s’étend à présent vers d’autres hémisphères musicaux ! Si vous ne l’aviez déjà fait, je vous invite bien sûr à lire sa riche interview, accompagnée de musiques, de vidéo et de photos. N’hésitez pas à commenter ses compositions ou à le contacter, cela l’aidera à avancer.

Au niveau des stats, rien de mirobolant. Voici un graphique des visites de la naissance officielle du blog (mai 2009) au 30 décembre 2010 :

Vous êtes actuellement deux fois plus nombreux (de 352 à 699 visites entre les deux juillet) à plonger dans un des nombreux articles proposés par votre serviteur Floxit (j’étais bien sûr ironique). En tout cas, cela me fait plaisir de constater que les communautés, les forums et bien entendu les moteurs de recherche (pour ne pas citer Google, en fait) m’ont offert une place d’honneur sur la toile. Je tiens donc à remercier toutes les personnes qui ont partagés quelques articles dans leurs entourages/communautés, [début phase “egotrip” ou “égotripe”, un terme modestement utilisé par le podcast des Scuds, des Geeks à Têtes Chercheuses de Nowatch TV] et j’en profite tout de même pour me remercier moi-même d’en avoir fait les recherches et la rédaction [fin phase egotrip]. Cela me pousse à poursuivre ma petite activité journalistique (amateur) en ligne ! Pour 2011, je poursuis mes objectifs de 2010 : proposer des critiques, interviews et autres contenus exclusifs.

J’encourage tout le monde, peu importe l’activité, la culture ou la passion, à partager leur savoir sur Internet car c’est le seul média qui n’est pas encore totalement contrôlé par les gouvernements et les corporations. Toute censure peut être contournée car une communauté combat toujours derrière (bien souvent au moyen d’une collectivité et de beaucoup de travail de développement) : pour la liberté d’expression, d’échange, de savoir, d’apprentissage, de richesses, d’opinions et de prises de décision… Par conséquent, c’est le seul média partiellement LIBRE et fondamentalement démocratique !     

Mes voeux pour 2011

Espoir et changement : deux mots qui résumeront bien nos objectifs communs pour 2011 et un meilleur avenir au service de l’humanité, et non du système.

En 2010, j’illustrais, au moyen de deux couleurs symboliques, mes voeux : le vert pour l’écologie (ou plus explicitement la vie en harmonie avec notre fragile habitat naturel qui est la Terre), le rose pour l’humanité, le bonheur et notre coeur. Si le vert s’est propagé en 2010, souvent sous un regard commercial, elle s’est transformée selon moi comme une mode, une plus-value publicitaire destinée à renouveler vos produits technologiques, plutôt qu’une prise de conscience collective. Ce n’est pas nos gouvernements que nous féliciterons étant donné qu’ils ne sont pas parvenus à respecter correctement et à temps le protocole de Kyoto (et ce n’est qu’un geste écologique parmi tant d’autres). Pourtant, en dehors de cela, nous savons tous que nous disposons de toute la technologie nécessaire pour offrir les énergies renouvelables au monde entier. Sur ce raisonnement et selon certaines sources, un champ de panneaux photovoltaïques de 1 000 km de longueur et de 636 km de largeur “suffirait” à fournir l’énergie nécessaire à l’intégralité des activités humaines de notre planète (cfr. article “Quelle surface de panneaux solaires pour produire l’énergie du monde entier ?” de DD Magazine spécialisé dans le développement durable). Pourquoi ne l’avons nous pas fait depuis que la technologie permettant l’exploitation de l’énergie solaire est au point ? L’argent, les gouvernements (ou ceux qui décident à notre place) et surtout, les corporations : encore et toujours la même réponse. Vous n’en avez pas marre d’entendre toujours les mêmes vieux arguments comme principaux freins de notre propre évolution ? Freiné par notre propre système économique, aussi structuré, compliqué et con soit il ? Quand on est con, on est con.

Du vert, nous passons donc à l’observation du rose. Qu’en est il dans votre entourage ? Est-ce que vos vies se portent mieux ? Si oui, est-ce que vos voisins se portent mieux ? Et enfin, est-ce que le monde se porte mieux ? Selon moi, rien n’a vraiment bougé. Les mêmes associations sont toujours là pour subvenir aux besoins des pays en difficulté et des sans papiers, un pays sans gouvernement (suivez mon regard) reste sans gouvernement, la médiatique crise reste la médiatique crise, ceux qui ont faim ont, et meurent toujours, de faim, et ceux qui sont riches sont toujours riches (à quelques millions ou milliards près de dollars ou euros selon votre goût). Bien sûr, on ne peut pas nier toutes les actions qui ont été entreprises pour améliorer les conditions de vie, mais en ce qui me concerne, je n’ai pas vu mon quotidien sous un meilleur jour, les villes et les marchés de Noël sont plus ou moins restés tels qu’ils sont, même si je dois admettre que j’ai été tout de même heureux de vivre par exemple de mettre un pied dans le Maroc au grand marché de Bruxelles cette année et observer des échanges culturels de plus en plus présents et reconnus. Fort heureusement, de grandes communautés sont toujours là aujourd’hui : citons pour exemple le grand Wikipédia, Wikileaks (ayant pour mission de nous assurer la totale transparence de l’information) et, en dehors du contexte commercial et des éventuelles censures, les communautés de vidéos qui, l’air de rien, permettent la diffusion de vidéos au contenu parfois désagréable mais porteur de méfaits. Ils nous facilitent également la diffusion de créations artistiques et le partage des opinions, des passions (pour ma part, je pense aux vidétests et aux direct-lives du grand Hooper, un fieffé gamer qui teste des jeux rétros ou contemporains avec un subtil accent du midi et une grande chaleur), … Je citais tout à l’heure les SCUDS de Nowatch TV : la communauté de podcasters de Nowatch TV est une chaîne où liberté d’opinion est le maître mot, même s’il faut admettre que des sponsors seraient de temps en temps les bienvenus pour les soutenir, en complément des dons et des petits articles (T shirts, tasses …) de soutien. Normalement, si vous avez déjà survolé le blog, vous connaissez aussi Whytivi (ou mon article de présentation à ré-actualiser), plus jeune et de moindre ampleur, mais qui partage la passion vidéoludique avec votre participation. Tout cela n’a rien de bien sérieux, mais ce qui compte, c’est le contenant : une forme d’expression libre, ou presque. Je l’avoue, cela a “rosé”, comme un baume au coeur, mon année 2010. C’est un réconfort de la triste réalité.

Entre le vert et le rose, alors que je faisais un lien discret en 2009 vers l’architecte belge visionnaire Luc Schuiten, avec ses brillantes idées écologiques de cité végétale, je vous présente cette fois un projet de nouvelle économie. Fin 2010, je découvris, au hasard d’une recherche sur la spéculation de l’or, un film de Peter Joseph nommé “Zeitgeist : Addendum” (diffusé sur Internet : sous-titrénarré en français, téléchargeable et gravable sur DVD).

Zeitgeist : Addendum (narré en français québécois)


Visionné plus de 100 millions de fois, ce plaidoyer explique le fonctionnement du système monétaire (aux USA), le dénonce par des faits accomplis et suggère un nouveau système. Zeitgeist, terme philosophique allemand, est synonyme d’esprit du temps et dénote le climat intellectuel ou culturel d’une époque. Le réalisateur du film, publicitaire et musicien à l’origine, a emprunté le terme pour faire naître une prise de conscience collective sur les failles de notre système monétaire au profit d’une nouvelle économie, basée sur les ressources. En effet, le nouveau mouvement social pacifiste Zeitgeist, composé de citoyens de tous horizons, prône une économie dans laquelle toutes les ressources de notre planète seraient déclarées, partagées et gérées de manière scientifique. C’est aussi une économie dépourvue de gouvernement, de religion, et d’institutions telles qu’on les connait aujourd’hui. En définitive, on utilisera notre technologie, la science, comme principal moteur. Une économie focalisée sur l’évolution. La beauté du concept serait la disparition de la misère, des guerres, des assassinats économiques dans l’optique de voler les ressources ou de forcer des prêts bancaires pour endetter un pays. Le Tiers monde, tel qu’on le connait aujourd’hui, n’existerait plus car chaque être humain bénéficierait directement des dernières technologies pour vivre confortablement. Personne ne serait défavorisé par rapport à une autre à cause de sa situation financière, du système économique, social et culturel à l’intérieur duquel il est confiné. Cela parait totalement utopique aujourd’hui, mais bien-sûr, cela ne se ferait jamais du jour au lendemain. Cependant, nous constations, plus haut, qu’il serait, aujourd’hui, tout à fait possible d’avoir de l’électricité gratuite, libre ! Ce n’est qu’un exemple, l’un des fruits de l’arbre technologique ! Un ingénieur socio-industriel, Jacque Fresco, est souvent de pair avec le mouvement. Convaincu par les idées d’une économie basée sur les ressources, il y promeut son projet de ville circulaire autonome (sur terre et océan), The Venus Project, dans laquelle il imagine des transports en commun, des architectures et une gestion des ressources hautement technologiques.

Présentation du Venus Project


Des prototypes sont à visiter dans la ville du même nom, en Floride (Etats Unis). Jacque Fresco est souvent accompagné de son binôme et épouse, Roxanne Meadows. Ensemble, ils présentent des conférences partout tout le monde, dont récemment Paris, où les francophones convaincus et moins convaincus par les idées du projet ont pu poser leur question et faire les traductions. Contrairement à ce que l’on pourrait assimiler à une secte (comme la scientologie), l’organisation du mouvement est décentralisée : chaque pays y va du sien avec ses projets et ses outils de communication. Le prochain film de Peter Joseph, “Zeitgeist : Moving Forward”, sortira dans certaines salles le 15 janvier et sera également diffusé et sous-titré gratuitement et mondialement une semaine plus tard sur Internet. Pour plus d’informations, pour intervenir et pour être tenu au courant des actions du mouvement dans tous les pays, rendez-vous sur son portail officiel ou directement sur le site officiel du Mouvement Francophone.

Pour conclure, je souhaite que chacun d’entre nous prenne conscience de la situation écologique et économique critique mondiale et agisse, chacun à sa manière, pour faire bouger le Schmilblick. Partager un film, en parler à un ami ou partager un lien peut déjà aider. Comme tout le monde, je souhaite me réveiller, un jour, dans un monde meilleur. Peut-être en 2011 ?

Je vous souhaite, à toutes et à tous, une excellente, économique et écologique année 2011 ; dans l’Amour, la Santé, la Joie et le Bonheur !