Piano

Depuis mon entrée à l’académie de musique de Soignies, à mes 16 ans (en 2001 ; je n’ai joué que deux ans), mes parents m’ont loué un piano qui nous appartient aujourd’hui, le modèle Eterna, fabriqué par Yamaha. La sonorité de mon piano trouve son point fort dans la brillance des aigus (propre aux Yamaha), mais n’est pas non plus exceptionnel. Sur le marché, c’est un milieu de gamme tirant plus vers le bas de gamme, avec une hauteur moyenne des cordes (la profondeur des notes, surtout dans les octaves les plus graves en dépend fortement).

Une photo arrive bientôt.     

Matériel audio

Principalement pour enregistrer et partager mes compositions et interprétations au piano, mais aussi pour compenser le mauvais matériel audio dont est généralement pourvu un appareil photo numérique ou une caméra bas ou moyen de gamme, je décidai de faire l’acquisition d’un chasseur de son mobile électronique. ;-)

Ce nouvel enregistreur portable bon marché mais très performant, fonctionnant sur cartes SD et doté de 4 micros à condensateur (excellent pour capturer une surface étendue et les effets surround répartis sur 4 canaux audios) est le Zoom H2. Je l’ai commandé dans la boutique anglaise “Unique Squared” avec un casque professionnel Sennheiser, le HD 280 Pro, dont l’isolation acoustique (jusqu’à 32 dB d’atténuation, ce qui représente beaucoup), la qualité sonore et le confort (avec des coussinets rembourrés) sont fort appréciables.

L’appareil est au niveau de gain moyen pour la capture sonore du piano afin d’éviter les saturations, mais on peut aussi régler manuellement le niveau afin d’éviter un niveau trop faible d’enregistrement et en l’occurence, la perte définitive de toute la richesse de votre pièce. La capture est enregistrée en WAV 44.1Khz (il est possible d’enregistrer jusqu’à 96Khz en qualité DVD). J’ouvre complètement la partie haute du piano pour installer le piano sur son pied au milieu, à l’intérieur. L’appareil est perpendiculaire au piano (assis devant le piano, vous le voyez sur le côté) de façon à ce que les 2 micros de gauche enregistrent les octaves les plus basses à gauche du piano, et les 2 micros de droite enregistrent les octaves les plus hautes à droite du piano.     

Matériel vidéo

Excepté pour le premier enregistrement dédié à la composition faite pour l’anniversaire de ma chérie, je profite de l’appareil photo numérique de cette dernière pour mes pièces suivantes. Il s’agit d’un Kodak EasyShare Z1012 IS. Il permet également la capture vidéo en HD 720p, mais je me contente, pour le moment, d’une capture en 640x480, ce qui me parait suffisant pour l’enregistrement de morceaux au piano et sa lecture aisée sur la majorité des machines.

La capture est enregistrée en fichier MOV (un format vidéo Quicktime) en 30 images par seconde.     

Nettoyage et traitement audio

Je me contente très largement d’un logiciel libre, Audacity, dédié au traitement sonore.

Je l’utilise principalement pour ne garder que la pièce enregistrée si j’ai plusieurs essais ratés dans une seule capture et pour normaliser l’enregistrement et obtenir le plus fort niveau sonore audible, sans saturation.

Je l’emploie aussi pour l’atténuation de parasites éventuels à l’aide de l’outil “Réparer” sur l’échantillon minuscule du “clip” parasite. Et enfin, j’y exporte mes pièces directement en WAV pour l’exportation dans le logiciel de montage et en MP3 avec le marquage du titre, du nom de l’auteur et de commentaires incrustés dans le fichier pour sa diffusion sur Internet.     

Montage

Conception du logo et des bandeaux descriptifs

Les éléments du jingle Floxit 2.1, du bandeau titre de la pièce et des autres éléments similaires ont été conçus sur Flash CS 4. En 60fps (images par seconde) pour le jingle et en 30fps pour les bandeaux.

Ces éléments ont ensuite été exportés en vidéo AVI sans compression tels quels. Toutefois, j’ai été obligé de resauvegarder les vidéos AVI en passant par le logiciel libre VirtualDub, permettant entre autres la conversion audio et vidéo, car les originaux n’étaient pas lisibles sur mon logiciel de montage.     

Réalisation finale du montage

La capture sonore exportée en WAV depuis Audacity, les éléments exportés de Flash et resauvegardé en AVI sur VirtualDub et la capture vidéo en MOV du Kodak ont ensuite été importés dans le logiciel de montage Sony Vegas Movie Studio Platinum 9.

Sur le logiciel, j’ai alors travaillé sur les fondus d’entrée et de sortie (transition du noir à la vidéo et de la vidéo au noir), j’ai appliqué différents filtres (effet sepia sur la partie qui précède la pièce, correction des couleurs, du contraste et de la lumière).

La piste sonore du Zoom et la piste vidéo du Kodak ont été synchronisées en prenant soin d’éviter au mieux les décalages images/son. Il faut savoir que chaque appareil a sa propre horloge interne responsable de la cadence d’enregistrement, ce qui provoque irrémédiablement une désynchronisation après quelques minutes. Pour combler ce décalage, il est possible d’étirer sensiblement la piste son (de quelques centièmes de seconde) de manière à resynchroniser à l’image, sans pour autant que cela ne heurte l’oreille de l’auditeur. Une autre option est d’imposer une horloge interne à tous les fichiers présents dans un projet de montage.

Afin de réduire les bruits (effets de scintillement de points colorés dans les zones sombres de la vidéo), j’ai intégré le plugin “Neat Video” à Sony Vegas, ce qui a aussi pour effet de réduire sensiblement la taille de la vidéo (de 333mo pour le clip compressé de l’arrangement de Terra’s Theme !).

Enfin, le clip final a été exporté en AVI pour la vidéo et en WAV pour l’audio sans compression (comptez plusieurs heures sur une vieille configuration comme la mienne et plusieurs dizaines à plus d’une centaine de gigas selon la taille de votre vidéo).     

Compression vidéo et exportation du clip pour sa diffusion

Une fois l’AVI généré, je l’importe dans VirtualDub pour compresser la vidéo en MPEG-4, très performant pour réduire sa taille sans perte visible de qualité. J’ai choisi le codec vidéo Xvid qui est une alternative libre de DivX et en constante évolution. Vous devrez au préalable télécharger le codec sur le site officiel et l’installer avant d’ouvrir VirtualDub.

Mes clips téléchargeables sont exportés en Xvid avec le taux de compression le plus faible pour conserver la meilleure qualité possible.     

Historique des dernières éditions de l’article

  • Vendredi, 31 juillet 09 (mineure) : détails sur la disposition de l’enregistreur sur le piano pendant la séance de capture.